DR

Comment survivre à la mort du grand-père adoré ? Comment continuer à vivre quand le dernier lien qui nous rattachait à l’enfance disparaît ? Mathieu Genet prête sa voix à Patrick Autréaux pour tenter de répondre à ces questions auxquels beaucoup d’entre nous ont été confrontés. Toujours sur le fil, la danse délicate de Thierry Thieû Niang accompagne magnifiquement les mots de ce grand enfant qui a accompagné son grand-père au seuil de la mort. Hommage animiste à l’aïeul disparu qui renaît dans l’orme devant la fenêtre du narrateur, “Le Grand vivant” est un grand et beau spectacle au pouvoir consolateur, où la joie s’entremêle à la tristesse. A ne pas manquer.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par