Proust – Dire Combray avec Michel Voïta

Proust – Dire Combray avec Michel Voïta
Par

Tout comme « l’édifice immense du souvenir » jaillit d’une simple tasse de thé, la chambre de Marcel, son lit, ses couvertures, ses meubles et le plafond, le jardin où l’on prend le café avec Swann, le salon interdit, l’amour obsessionnel pour maman dont le narrateur épie le pas dans l’escalier sur le mur duquel se projette l’éclat de la bougie du père… Presque tout Combray jaillit sur la scène étroite de la Huchette, sous les doigts et la voix de Michel Voïta. Certes, le lecteur enseveli sous les draps et les pages de « La Recherche » leur aura sans doute insufflé des respirations plus lentes, un ton plus intimiste, mais, s’il saccade et saccage quelques périodes, le comédien virtuose tient son public en haleine et joue à bon escient la carte de l’ironie burlesque – surtout, il a l’indéniable mérite d’incarner la phrase proustienne, de la déplier et de la faire tenir sur scène. Une vraie proustesse.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par