Richard III – Loyaulté me lie

Richard III – Loyaulté me lie

Par

Après les Richard épiques ou cyberpunk, voici l’antihéros shakespearien vu par Jean Lambert-wild, Lorenzo Malaguerra, Gérald Garutti et consorts : un clown tragicomique, maître d’une fête foraine macabre où s’amoncellent les cadavres. Un projet fantasque, entre bouffonnerie et poésie d’un théâtre extrêmement visuel, dont la pulsation rapide entraîne le spectateur jusqu’aux tréfonds de l’âme noire du « Bossu ». Servi par une dramaturgie maîtrisée, une scénographie léchée et deux comédiens époustouflants endossant tous les rôles, ce « Richard III » est des plus convaincants, même si certains pourront être allergiques aux quelques moments d’interactions avec le public. Cerise sur le gâteau : la séquence finale de la réplique « Mon royaume pour un cheval », superbe tableau tragique d’ombre et de poussière.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par