Le Vide

Suspendus

Par

Dès l’arrivée on est prévenu. C’est à un spectacle répétitif qu’on va assister. Aussi répétitif que Sisyphe qui fait rouler son rocher, le regarde descendre, puis recommence. Ici, le rocher s’est métamorphosé en une simple corde qui pend. Ou plutôt des cordes. Et l’artiste commence à grimper. Sauf que la vie vient semer ses embûches sur le chemin de notre Sisyphe de cirque. Les cordes se détachent, dégringolent, cassent. Mais l’objectif reste. Grimper. Quoi qu’il arrive. Quitte à s’accrocher à tout ce qui passe. Y parviendra-t-il ? Cette simple question, qui ne cesse de tendre notre regard vers le ciel, suffit à nous rendre heureux.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par