Ne me touchez pas

Librement inspirée du roman épistolaire de Choderlos de Laclos « Les Liaisons dangereuses », « Ne me touchez pas » d’Anne Théron propose une nouvelle lecture du roman, tout en essayant de garder l’essence cruelle et déchirante au coeur de l’écriture de Laclos. Dans l’intention de mettre en avant le désir des femmes, Théron situe Merteuil et Valmont dans une grandiose salle de bains baroque aux allures apocalyptiques (une scénographie tout à fait réussie), accompagnés d’une Voix, qui joue alternativement le rôle d’observateur et de narrateur. C’est dans cet espace où les deux personnages se livrent à une querelle des idées, dans une langue truffée de références du XVIIIe siècle ainsi que de phrases tirées de notre contemporanéité fortement anglicisée. Quoique les intentions esthétiques de Théron soient théoriquement remarquables, leur concrétisation est moindre.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par