Saturne (nos histoires aléatoires)

Saturne (nos histoires aléatoires)

Par

Depuis vingt-cinq ans Pépito Matéo conte ses histoires fantasques avec une humble simplicité. Il a son public, le reconnaît, le salue comme un vieil ami. Saturne en a fait, des tours d’horloge… C’est sous le patronage de Georges Brassens que ce spectacle est mis, et sous celui de l’aléa – car le hasard trouve sa place ici, avec la complicité du public, de façon parfois drolatique bien que sans grande influence structurelle. L’art de Pépito Matéo est intact. La diction claire, l’œil gourmand, un dé à la main pour faire rebondir son scénario, il tisse des récits légers, abracadabrantesques, qui finissent tous par s’entrecroiser d’une manière ou d’une autre, par des motifs aux accents oulipiens. « Le temps tue le temps comme il peut » : voilà une jolie façon de le faire.

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par