Soubresaut

Soubresaut
Par

Ceux qui qualifient les créations du Radeau de « postdramatiques » se trompent. La scénographie hétérotopique à souhait du Radeau abrite plutôt des figures « d’avant le drame » – débutant/débitant des fragments textuels où s’entrechoquent époques et espaces dans de faramineux rhizomes picturaux. Le spectacle s’arrête quand le drame allait commencer : expérience hautement phénoménologique, lorsque tout advient à chaque fraction de seconde (la seconde aussi advient). Ce grenier de l’émerveillement transcendantal que Tanguy (dés)organise depuis plus de trente ans n’a pas fini de nous bouleverser.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par