Droite-gauche

Droite-gauche

Par

Par Jean Lapuyade, participant à l’Atelier de Regard Critique du Festival Parallèle

Qu’est-ce que dire « je » ? Voilà la question qui taraude Sandra Iché et son équipe de chercheurs absents, et qui traverse de bout en bout leur champ d’investigation. L’enquête est engagée sur tous les terrains : généalogique, linguistique, socio-historique, géographique et surtout politique. Il s’agit bien plus d’ébaucher que de cerner la multitude de facteurs personnels qui font l’individu, ses valeurs, ses manières d’être, son ethos, un mot auquel les deux interprètes de ce colloque attachent une épaisseur particulière. La réflexion se partage entre scènes à la table et enquêtes de terrain, projetées sur triple grand écran, donnant au dispositif des allures de cellule de crise. Une frise chronologique, agrémentée de croquis géographiques et garnie au fil des scènes, fait état de l’avancée des recherches généalogiques de Sandra. Celles-ci déterrent une foule de lieux, d’ancêtres, de langues, de collaborateurs, qui se chevauchent et s’interconvoquent. Le xixe et le xxe siècles sont passés au crible par les enquêteurs, dans les domaines les plus pointus. Le spectateur peine souvent à raccrocher tous les wagons mais reste globalement à l’écoute de la performance. Celle-ci est d’ailleurs curieuse : à plusieurs reprises l’aspect exhaustif du documentaire prend le pas sur le théâtre, le verbiage submerge le verbe. On aimerait voir Sandra Iché se poser plus de questions au lieu de simplement présenter les résultats de sa recherche, certes impressionnante par son étendue, mais néanmoins souvent vaine sur le plan dramaturgique.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par