Paysage intérieur brut

Paysage intérieur brut

Par

DR

Le monologue intérieur, exercice de style périlleux. Une femme décrit son burn-out. Sa singularité est de vivre dans une exploitation d’élevage bovin en Bretagne. Ce qu’elle raconte a le vertige de la folie tout en restant puissamment ancré dans le réel. La magnétique comédienne Michèle Gurtner court, s’épuise, nous épuise, s’oblige à des tâches absurdes qui traduisent son dérèglement sensoriel. Elle raconte aussi, en format nocturne et chamanique, une vie quotidienne à laquelle elle nous sait étrangers, s’achevant splendidement dans le cul et le ventre dʼun bœuf. La routine familiale et rurale nous dérègle à notre tour, feuilleton illogique d’événements mystérieux et bientôt irréversibles. Cette mise en fiction d’un drame de campagne, intime, finalement universel, prend l’allure d’un voyagecauchemardesque. Henri Michaux n’est jamais loin, sa vie dans les plis, sa nuit qui remue. Un beau texte servi par une mise en scène sobre.

  • 20
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par