Joris-Karl Huysmans critique d’art

Huysmans critique d'art De Degas à Grünewald, sous le regard de Francesco Vezzoli
Par

On oublie souvent que Huysmans était aussi critique d’art. C’est à cet autre pan de son œuvre que le musée d’Orsay rend hommage, dans une exposition mêlant documents d’archives, tableaux impressionnistes et créations contemporaines. On redécouvre ainsi certaines œuvres iconiques, comme les « Raboteurs de parquet », de Caillebotte, ou la très belle spectatrice d’« Une loge aux Italiens », d’Eva Gonzalès. Éclairées par le regard du critique, à la plume aussi poétique dans l’éloge qu’acerbe dans le blâme, ces œuvres se révèlent sous un jour nouveau. Cette exposition nous rappelle que l’on peut admirer une œuvre tout en prenant du plaisir à lire un commentaire fielleux. On découvre que « La Naissance de Vénus », de Bouguereau (1879), a « quelque chose comme de la chair molle de poulpe », du « léché flasque » selon Huysmans. Et l’on éprouve le plaisir paradoxal du spectateur admiratif de la toile, mêlé à la distance ironique du lecteur.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par