Déviation

Clinamen Show
Par

DR

Partant du concept de « clinamen », désignant en physique un écart, une déviation d’atomes imprévue, le groupe Bekkrell construit une fable éclatée, frayant avec le polar et la métaphysique des tubes. En ressortent plus de questions que de réponses : à trop vouloir dévier, le « Clinamen Show » esquisse un certain nombre de propositions intéressantes scéniquement mais qui ne déploient jamais entièrement leurs possibilités. Ainsi, sont abordées de manière un peu fourre-tout les violences faites aux femmes et la question de la liberté sur fond de fausse enquête reprenant les codes de la série B. Les personnages types (la journaliste Dolores, le directeur du « Clinamen Show », l’inspecteur…) se déclinent alors sur une surface dans laquelle on se perd. On retiendra pourtant le magistral moment des acrobates suspendues exposant leur nudité avec un humour rafraîchissant, tournant en dérision l’attraction supposée du corps féminin, dédié ici à toutes sortes de contorsions tout sauf sensuelles, et la présence énergique des circassiennes, qui déploient tout de même quelque chose d’une force libératrice. Ce « show » laissera sur sa faim en construisant une fable trop fragile du point de vue dramaturgique au lieu de se concentrer sur la force du groupe Bekkrell, la simple poésie des corps puissants.

  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par