DR

Promesse de revitalisation féministe du mythe maeterlinckien, le « Mélisande » de Richard Brunel aligne pour ce faire quelques indices de protocole performatif : seaux d’eau en plastique au lieu des fontaines peintes, bâches blanches et modules métalliques, fragmentation hybridante de l’espace où musicien.ne.s, comédien.ne.s et chanteur.se.s se rencontrent pour mieux emporter le texte hors du signe. L’opération entend restituer la liberté d’une héroïne qui n’est pas écrite comme elle est souvent représenté