Des gestes blancs

Des gestes blancs

©Anne Breduillieard

Un adulte. Un enfant. Un banc. Un tabouret. Un baladeur. Une bande son. Un lieu. Ici le cadre somptueux de la chapelle des Pénitents Blancs. De cette épure naît une expérience forte, pure comme l’enfance et vulnérable comme sait l’être le spectacle vivant qui se construit en direct au plateau, quand le live est vie.

Ce spectacle lie les gestes blancs esquissés dans les ateliers père/enfants menés par Sylvain Bouillet durant un an et demi sur Avignon, jusqu’au contact en proximité avec le public dans cette forme de performance/spectacle. Tout est en liens. Liens du sang dans toute la fragilité de sa construction, sur le chemin inconnu de la paternité. Liens intimes qui tissent nos personnalités, les affirment, les font vaciller, les déchirent. Liens invisibles qui font d’un geste un acte artistique, une œuvre. Naît-on père ? Fils ? Artiste ? Interprète ?

Sur le plateau le questionnement devient matière à penser, à exprimer, à émouvoir ou agacer, fait corps, corps à corps, mouvement et danse. Qui suis-je ? Sur scène le « je » est en jeu, enjeu et jeu de rôle qui s’échange, se prête, se mélange. Charlie est enfant puis part d’enfance accrochée sur le dos de son père qui se débat pour s’en défaire, guide. Sylvain est père porteur, enveloppant puis porteur circassien dans un joli main à main, petit devant la démarche de création. Ils sont en fusion, en transmission, en confiance, en individualité. Et leur danse suit leurs états, inégale, émouvante, charnelle, fluide, évidente, belle. Taillée dans la vérité de l’instant, variant à chaque représentation selon le ressenti de Charlie, elle est mouvement de vie et évoluera avec l’âge, l’expérience de son jeune interprète.

Focus particulier sur le poignant solo de Sylvain Bouillet, dos public, tout en gestes réflexes et nerveux, retenus, cassures d’élan. Nous immerge-t-il dans un sentiment parental de colère, une frustration de création… ? Double lecture troublante !

La cie Naïf Production de Sylvain Bouillet, Mathieu Desseigne et Lucien Reynes est décidément un acteur novateur du paysage scénique.

  • 36
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par