Ondulations hypnotiques

They Might Be Giants
Par

double-bill-ode-to-the-attempt--they-might-be-gian-0-0-760-500

C’est un curieux et paradoxal statisme en mouvement que propose Steven Michel dans sa création « They Might Be Giants ». Sur le tempo de l’electro répétitive « maximaliste » d’Anna Meredith, chaque pulsation est un déclencheur pour chaque infime partie du corps du danseur-chorégraphe. C’est un voyage où tout repère est éclaté, comme un étrange voyage aux limites de la science-fiction, où l’espace et le corps entrent en communion absolue et parfaite avec la musique.

Sur une scène pourvue d’un décor minimal, le corps du danseur, comme une masse informe, est déjà en place à l’arrivée des spectateurs. Courbes et droites entourent Steven Michel : un carré noir, au sol, et un « paravent » ondulé blanc, côté cour, composent l’unique scénographie, que viennent compléter au fur et à mesure des nuances lumineuses tantôt stroboscopiques, tantôt évolutives, tantôt franches ou graduées. Une composition visuelle en parfaite cohérence avec la proposition chorégraphique du danseur belge. Surprenant, il danse en permanence de dos, faisant de la totalité de son corps (dos, bras, jambes, fesses, mains, pieds…) le vecteur de gestes saccadés, glissés, francs ou encore discrets.

Au sol ou debout, c’est une étrange rencontre que vit le spectateur, tant l’ensemble est en perpétuel mouvement – ondulations et mécanismes hypnotiques – sans, pourtant, que le corps du danseur occupe l’espace totalement. Une gageure que l’artiste, ayant collaboré avec Falk Richter ou David Zambrano, et travaillant actuellement avec Jan Martens, relève haut la main, insufflant à sa création un métissage artistique captivant du moderne et d’un certain « rétro ».

Dans son short violet de jogger – clin d’œil coloré –, Steven Michel se meut de manière à ne jamais dévoiler son visage, usant de toutes les parties possibles du reste de son corps pour le masquer. En opérant ainsi, il détourne les codes de communication classiques, transformant la performance en objet musical sculptural, en tableau physique, en étude distanciée du corps, focalisant le partage de l’événement sur la perception plutôt que sur l’émotion.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par