Objets trouvés

Par

DR

« Veduty » se situe sur cette frontière fine entre performance participative et workshop, pour un seul spectateur à la fois, dans la lignée d’« As Far As My Fingertips Take Me », de Tania El Khoury, ou « Worktable », de Kate McIntosh. Dans une pièce quelconque, ici une salle vide de la National Gallery de Prague, on s’assoit face à un panneau ponctué de trouées en verre déformant, permettant de deviner – vaguement – ce qui se passe de l’autre côté. On commence alors par choisir l’un des cinq plateaux situés devant soi, et contenant une matière spécifique : herbe, métal, bois… Il y a un élément de surprise dans le dispositif et on ne dévoilera pas tout le procédé. Disons qu’il s’agit d’un moment d’échange non verbal, un dialogue visuel et sonore à base d’objets ou plutôt de fragments d’objets, de résidus mis à disposition devant soi et utilisés en fonction de ceux posés précédemment par son interlocuteur.

Le principe est simple – enfantin, mais pas infantile. C’est, au-delà de la performance éphémère créée par ces jeunes étudiants de la section marionnettique du Damu (principale école d’arts vivants de Prague), Vendula Bělochová et Honza Tomšů, une invitation à renouveler l’expérience : une sorte d’exercice de communication à mi-chemin entre cadavre exquis et poésie zen. Car il s’agit bien de retrouver ce sérieux avec lequel on jouait quand on était enfant, dont parle Nietzsche, à condition d’accepter de suspendre temporairement son incrédulité d’adulte blasé et réduit vers le performatif. Un projet lumineux et enthousiasmant qui se prête particulièrement bien aux conditions festivalières. À bon entendeur…

 

  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par