La vie est une fête

Ernest Hemingway : archives d'une vie
Par

Ernest Hemingway a défini le courage comme « la grâce sous pression ». Cette citation, reprise par J. F. Kennedy dans l’un de ses ouvrages, a lié le parcours des deux hommes dont les archives se trouvent aujourd’hui au même endroit, à la bibliothèque J. F. Kennedy de Boston. L’album « Ernest Hemingway, archives d’une vie », publié chez Gallimard, condense ainsi les archives personnelles d’Hemingway présentes dans la collection de cette bibliothèque et nous plonge dans l’intimité du grand auteur américain. Suivant la chronologie biographique de l’homme de lettres, de l’enfance à la mort, on en découvre des facettes méconnues à travers nombre de photographies, extraits de correspondances, dessins… Hemingway apparaît dès lors, comme tout être humain, pétri de contradictions et en proie aux atermoiements du cœur ; les extraits de ses correspondances avec ses épouses successives dévoile sa propension à tomber amoureux, l’amour enlevant selon lui « cette sorte de solitude qu’on porte en soi », comme il l’écrira à sa sœur à propos de sa première épouse Hadley, avec laquelle il partira à Paris. Mais on découvre également, toujours par des extraits de sa correspondance, les rapports conflictuels avec les parents, certains amis, et, en filigrane, le devenir-Hemingway d’Hemingway : la naissance d’un auteur.

Mêlant ainsi considérations personnelles et événements historiques, l’album permet de mettre en perspective les grandes œuvres d’Hemingway tout autant au regard du contexte politique que de son contexte personnel, replaçant  les œuvres dans la trajectoire d’une vie. On retiendra tout particulièrement la découverte de l’Espagne et la passion de l’auteur pour la corrida, qui deviendra l’un de ses sujets photographiques de prédilection, avec, plus tard, les safaris africains. Hemingway apparaît dès lors comme un auteur fondamentalement ancré dans son époque et dans une forme d’hédonisme, plaçant le risque et l’amour sur le même plan que ses combats politiques et idéologiques. En refermant cet album, on aura le sentiment d’avoir un peu rencontré l’homme derrière le grand nom de la littérature, entier dans la conduite de sa vie comme de son œuvre.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par