Maman j’ai fait léviter l’avion

Grandis un peu
Par

DR

Extrait d’une copie d’élève de 1986 sur le sujet : “Imaginez l’avenir de votre meilleur ami”.

Yo les potos ! Vous imaginez si poto Eric, dans trente-cinq ans, il allait se faire les Folies Bergères en mode île du plaisir ? Vous savez l’île du plaisir c’est cette utopie de MALADE dans Pinocchio où on peut raconter à peu près ce qu’on veut, autant des blagues sur les femmes que sur les attentats du 11 septembre, où on peut délirer avec le #metoo, transformer les petits cœurs en petits culs en un claquement de doigts… Cette île où on a même le droit d’essorer les beaux gosses dans une machine à laver pour les transformer en vrai nain (« personne de petite taille ») et menacer ensuite de le lancer dans le public ? Une île sans limite, dont l’eau empoisonnée nous donne de grandes oreilles d’âne mais comme tout le monde nous a vus sur M6 en apprenant à mettre sa cervelle de côté, tout le monde se marre (« hi han… hi han !!! ») avant de rejoindre son plumard.

Bien sûr on a un peu peur, peur que notre très grand Eric national (on est sûr que la France en fera son Incroyable Talent) suive le même destin que le petit Kevin de « Maman j’ai raté l’avion ». Vous savez, dans le premier volet, Kevin est un magicien du piège. Il attrape les Casseurs Flotteurs avec deux trois bouts de ficelle. Mais dans les autres volets ça se gâte : la production lui met de l’or entre les doigts : bazookas de peinture, technologies en tout genre… Kevin, dont la malice enfantine nous émouvait, devient une marionnette à claques avec des jouets trop grands pour lui. Et oui, il ne faudrait pas que notre Eric, lui qui aimait au début les expériences de savant fou avec colombes factices et cartes cornées, se mette à affectionner la grande illusion et copier des trucs à ses confrères (les herses de la mort tout ça, on a déjà trop vu, faut pas nous la faire Eric, et encore on ne citera que ça !). Il faudra que tu nous surprennes, que tu ne deviennes pas ce produit de consommation, ce personnage de rage feinte et de poésie téléphonée que la télévision pourrait faire de toi. Promets-le-nous, poto. Promets-nous que tu ne nous oublieras pas, nous tes potos de cœur, même si tu diras à tout le monde « salut les amis » alors que tu connais personne. Et oui, car ça pourrait être ça 2021 : un monde où le magicien sera un ami virtuel dont on connaîtra d’avance les trucages… Alors fais gaffe stp. Ne deviens pas l’icône sans âme et irresponsable d’un monde démagifié…

  • 58
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par