Franck Vigroux : « Qu’est-ce qu’on attend ? »

« Ce que j’attends, moi, ce sont de vraies expériences, des « trips », que j’en comprenne ou pas le sens, je veux découvrir et rentrer dans des univers, dans des histoires et des idées.

L’imagination est l’un de nos biens les plus précieux. C’est à travers leur imagination que les créateurs font bouger les lignes, ça infuse. En 1922 en URSS, Eugène Zamiatine écrit dans son roman « Nous autres » qu’une grande opération se prépare. Elle consiste à supprimer un mal incurable, « l’imagination ». On en est toujours là, d’une façon ou d’une autre, et cette lutte ne cessera jamais. Il faut lutter, c’est tout.

Ce que j’attends c’est une collectivité et des responsables qui regardent le monde avec une vraie vision et un minimum de connaissance de l’histoire, « des histoires ».

J’attends aussi qu’on arrête de dire « mon public » ou « prise de risque ».

Faire confiance et être optimiste, ça marche. »

  •  
  •  
  •  
  •  
  •