Petits soldats

Play War
Par

©M[Art]ha

Le festival WET donne pendant trois jours libre parole à la création contemporaine, et notamment à la création par de jeunes artistes, en affichant ouvertement le choix de trouver les inventeurs du théâtre de demain. La Compagnie Discrète ne manque pas d’énergie et de fougue – contrairement à ce que son titre peut laisser croire – et puise dans un répertoire assez usité pour donner vie à la scène.

Le duo formé par Adrien Fournier et Alexandre Finck, soudé par l’art du mime, prend en effet modèle sur des sources incontournables du rire en noir et blanc – depuis le mime Marceau jusqu’à l’humoriste québécois Michel Courtemanche, en passant par Charlie Chaplin. Sans oublier une myriade d’inspirations cinématographiques concernant l’univers de la guerre, également bien connues. Des images classiques dont l’héritage gagne pourtant à être revisité.

Après « Le Son du silence » (2011), « Play War » se base à nouveau sur la dynamique d’un binôme. Sur une scène minimaliste, ce sont les corps en mouvement des deux jeunes artistes qui modèlent l’espace, accompagnés par une création visuelle (Hélène Aubineau) et sonore (Jules Jacquet) cohérente. L’histoire est simple : deux soldats se retrouvent au cœur d’événements qui les dépassent. Pas de dialogue, donc, mais des « gromelots » qui s’accordent avec l’univers projeté sur scène par le biais de la musique et des lumières.

Difficile de savoir où se cache le caractère hautement novateur de la proposition, mais l’énergie et la bonne volonté sont palpables dans ce spectacle qui se revendique au cœur des rapports humains. C’est avant tout une prise de parole libre, qui rejoue sans accent métadérangeant et déjà-vu le rôle du jeu, le rôle de la puissance, la beauté et la drôlerie potentielles du corps. À partir d’une matière de base, l’improvisation se greffe facilement et développe le dialogue muet des deux artistes.

Le duo milite par ailleurs depuis longtemps, de manière très pédagogique, à la redécouverte du mime, notamment via des ateliers scolaires qui aident les enfants à renouer avec des ressorts comiques simples mais terriblement efficaces. Le goût du jeu et du partage est donc bien ancré dans l’ADN de cette compagnie qui a dans sa manche tous les atouts pour créer un spectacle d’une grande franchise et d’une jolie poésie.

  • 31
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    31
    Shares

D'autres articles par