Ithaque à mi-chemin

La Nuit des Odyssées
Par

© Christophe Raynaud de Lage

Au milieu de la salle en pierre de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon, un violoncelle et un écran nous content une Odyssée en musique et en images, auxquelles s’ajoutent des fragments de textes projetés. Sonia Wieder-Atherton a imaginé pour ce spectacle musical – ou faudrait-il dire ce concert imagé – un voyage autour de récits recueillis auprès de quinze femmes, évoquant leurs migrations sous une forme poétique. Inspirée par ces histoires, la musicienne a conçu une « bande-son » toute personnelle de ces épopées individuelles et collectives, rassemblées sous le concept large d’ « Odyssée », qui renverrait en dernier lieu à toute expérience de déplacement de soi en terre étrangère. Les sons puisent alors leur inspirations dans plusieurs territoires (Corse, Egypte, Andalousie…), revisités par un violoncelle avide de mélodies éclectiques. L’interprétation talentueuse et sensible de Sonia Wieder-Atherton nous conduit ainsi dans un voyage auditif du côté de la Méditerranée, fait de cahots, de calme et de tempêtes, de bruit et de fureur, s’inspirant peut-être du ressac des vagues.

On émettra pourtant un bémol sur les textes et les images qui accompagnent la musique, qui ne sont pas à la hauteur de cette dernière ; les courtes formes textuelles fragmentaires ne s’élèvent pas à la poésie que l’on attendrait, de la même manière que le travail sur les images ne semble pas suffisamment abouti. Il semble que la « Nuit des Odyssées » aurait peut-être du se contenter de la partie musicale, ou alors approfondir le travail sur le texte et l’image souhaité par la musicienne de manière à créer un spectacle où les arts se répondent réellement et se complètent, et n’en sont pas tenus à l’illustration. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de ces formes hybrides qui tentent la synesthésie des arts, exercice périlleux si l’on veut que chaque élément soit le fruit d’une véritable recherche qui prenne corps et sens dans un ensemble. Forme en cours d’élaboration, il n’y a plus qu’à espérer que la version longue de « la Nuit des Odyssées » qui sera donnée à Paris à l’occasion de la Nuit Blanche 2019 sera plus maturée, de manière à créer entre la musique, le texte et les images une véritable harmonie qui aille au-delà de la forme déjà atteinte et puisse véritablement emporter le spectateur dans une expérience inédite.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par