Le festival Programme commun

Par

prog commun

Programme commun 2016, c’est fini. C’est fini, mais ça revient ! En 2017, le festival aura lieu du 23 mars au 2 avril. Onze jours pour profiter d’une programmation exigeante et éclectique au théâtre Vidy-Lausanne, mais pas que ! Associés à Vidy pour l’occasion, l’Arsenic, la Manufacture et le théâtre Sévelin 36 vous accueilleront aussi, à Lausanne. Autant de raisons de vous en dire plus sur cette dernière édition et de présenter ce projet lancé en 2015 en lequel I/O Gazette voit une des manifestations théâtrales les plus intéressantes du moment.

Programme commun, c’est quoi ? 
Plus de ronds, mais des idées ! La preuve : le théâtre de Vidy et celui de l’Arsenic sont parvenus à créer un festival sans nouvelle structure ni moyens supplémentaires ! L’objectif ? « Mettre le spectateur en état de curiosité », donner une visibilité aux spectacles produits par la maison, et surtout : « faire circuler les artistes et les spectateurs ». Un courant d’air, quoi ! Concrètement, ça donne la possibilité de manger quatre spectacles par jour dans quatre lieux différents, et de voir la masterpièce d’un metteur en scène star comme Thomas Ostermeier, avant d’enchaîner sur la création d’une petite troupe barcelonaise, puis de découvrir l’état de la jeune création suisse. C’est passionnant.

Cette année, il s’y est passé quoi ?
 Ostermeier. Évidemment. Avec la première mondiale de « La Mouette », l’attractivité du festival s’est bien souvent réduite à cette création. Mais beaucoup d’autres choses aussi, dont certaines vont passer par Paris, à commencer par « Nous sommes repus mais pas repentis », l’adaptation par Séverine Chavrier du « Déjeuner chez Wittgenstein » de Thomas Bernhard, qui sera à l’Odéon ce mois de mai. Folie passionnante à la mélancolie crasse et à l’esthétique précieusement déglinguée, cette proposition musicale est certainement LA pièce à voir de cette édition de Programme commun 2016.

Et c’est pour qui ? 
Compte tenu de l’impact de l’événement et de la force de frappe du théâtre de Vidy, la majorité des pièces présentes à Programme commun tournera en Europe. Outre les habitants de la région, le festival s’adresse donc avant tout aux passionnés qui veulent découvrir avant le reste du monde et en condensé ces créations que d’autres ne verront qu’un ou deux ans plus tard aux Amandiers, au Kunstenfestivaldesarts ou à Avignon, entre autres.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par