Partitions pour champs et orchestres

Par

Si « Les jardins musicaux » sont révélateurs d’une évidence, c’est bien l’affirmation que dans le spectacle vivant, le lieu de la représentation, joue tout autant qu’acteurs et musiciens, influant les spectateurs jusqu’à la décision de leur venue. Les architectures des opéras et des lieux fastueux des représentations qui agrémentent nos villes et nos soirées mondaines rebutent parfois, leurs dorures apparaissant comme des frontières symboliques qu’il s’agit alors d’observer de loin.

La grange aux concerts à Cernier, petit village suisse près de Neuchâtel, casse les moulures et compte sur l’environnement champêtre pour offrir à toutes les oreilles de la région les audaces de Boulez ou Prokofiev. Maryse Furhmann et Valentin Reymond, il y a vingt ans, ont vidé le foin et accueilli les oeuvres du 20e siècle à travers champs, accompagnant un public désormais fidèle et curieux, créant une nouvelle communauté de mélomanes, heureux de se retrouver à la fin de l’été autour de cette programmation éclectique certes mais cohérente. Si la grange reste le lieu central, le festival s’étend sur plusieurs sites naturels, parc régionaux en Suisse et en France avec comme ligne de force souterraine cette conviction que l’union de la nature et de la musique donne naissance à une écoute libérée de toute fioriture.

Ce soir-là, Michel Kullmann reprenait à la suite d’André Marcon le grotesque et les mots du « Tribun », texte de l’argentin Mauricio Kagel écrit en 1978 « pour orateur politique, fanfare et haut parleur » qui décortique les stratégies du discours politique, les glissements rhétoriques vicieux qui cachent leurs intentions derrière des formules, des séductions, des affections. Le parallèle avec aujourd’hui est certainement trop évident pour suffire à justifier un passage au plateau ; ce qui est flagrant c’est l’élargissement à tous les champs professionnel de la sémantique (du marketing aux réseaux sociaux) de cette langue qui cherche à convaincre en manipulant, qui éteint les lumières de la pensée en imposant un prêt-à-consommer qui ne nécessite ni recul, ni développement et empêche tout repli. La partition qui se démembre au fil du discours et l’ajout en deuxième partie du « Das Berliner Requiem » – montage d’épitaphes et de chants funèbres écrits par Brecht et Weill – soulignent avec à propos ce relief escarpé et laisse en bouche un goût amer, apte, espérons-le, à aiguillonner quelques consciences assoupies.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par