#Avignon 2022 : notre collège idéal

Par I/O

À l’image des sept sages grecs choisis au ve siècle av. J.-C. pour leur « perspicacité », voici nos douze apôtres, ceux à qui nous confions les clés d’une terre à nouveau promise.

Ohad Naharin—« La danse, c’est d’abord votre connexion à l’univers » : puisse le Gaga power reconnecter le spectateur d’Avignon aux énergies primordiales.

Daria Deflorian« Que peut-on demander de plus ? La complexité. Assister à quelque chose qui ne me soit pas immédiatement clair, qui remette en cause ce que je connais. Qui brise mes schémas, mes petites habitudes. Le consensus, et je ne parle pas uniquement d’art et de culture, est une belle escroquerie. »

Jean-François SivadierUn metteur en scène qui pourrait concrétiser l’élan rassembleur fantasmé par Olivier Py, sans réduire le populaire au divertissement et l’esthétique au pédagogique.

Milo RauSubitement pris d’amour pour la Provence, il troquerait le Gravensteen pour les cigales. Thomas Jolly, gare ! — Le Suisse pourrait fourrer sa charte dans sa valise.

Tiago RodriguesPour ses deux venues au festival, il a signé deux événements, touchant le cœur et l’esprit. Tout ce que nous attendons du théâtre. Puisque les tractations font déjà rage dans les arcanes du pouvoir, la rédaction souhaite participer au débat post-Py et propose un nouveau mode de gouvernance.

Sophie Calle—La plasticienne saura prendre soin de nous. Elle mettra au service de la programmation son acuité à la dissection humaine et sa sensibilité esthétique, de quoi retrouver nos émotions oubliées.

Angélica LiddellMystique à l’état sauvage, qui mieux que cette hiérophante peut ranimer le rituel sacré du Festival et prôner l’esthétique comme justice supérieure ?

Christiane JatahyLa (presque) désuète Cour d’Honneur tremble : gloire à l’Utopia. Le Festival d’Avignon ne rêverait-il pas d’être un grand écran du monde ?

Philippe Quesne—« Ciao ! C’est pas ça Avignon ! » La taupe messianique qu’il nous faut pour bousculer les certitudes et prévenir des scléroses, c’est lui : Quesne, hériter de l’esprit Archambault et Baudriller, le tout roulé dans un éclat de rire doux et discordant.

Sylvain CreuzevaultL’homme du terroir et de la Terreur. De l’intelligence qui déborde des plateaux et les acteurs au pouvoir.

Marie-José Malis—Pour avoir le plaisir de lire des éditos où chaque mot est signifiant et où les idées de révolutions affleurent.

Georges Didi-HubermanParce que ce festival réclame de la pensée, Georges Didi-Huberman nous guidera dans le mystère des images, fixant les cadres souples d’une réflexion sur le tragique et le monde. Lucioles malgré tout.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •