Un Festival d’Avignon 2020 entièrement dédié à Pascal Rambert, en raison de la crise sanitaire

Par Valentine Fromager -- ScoopTheatrecompagny

DR

La direction du festival l’annoncera le 8 avril prochain. En avance sur sa consœur scoopeuse « SceneWeb », I/O Gazette vous révèle la programmation d’un Festival d’Avignon un peu particulier.

Depuis le 17 mars dernier, date du début du confinement, Olivier Py a anticipé l’accueil impossible des artistes étrangers et les difficultés de création pour les productions nationales. Personne n’ayant répondu positivement pour ce projet, c’est à nouveau Pascal Rambert, roue de secours pour jouer dans la Cour d’Honneur en 2019, qui rempile cette année. L’auteur qui écrit et met en scène plus vite que son ombre (celle de Shakespeare ?), a été sollicité pour couvrir l’ensemble de la programmation. Le Festival prendra la forme d’une rétrospective, d’une monographie spectaculaire vouée au poète dramatique. En quinze jours à peine, Pascal Rambert a déjà écrit une soixantaine de textes qui nourriront également le Festival OFF (la « Cour du Barouf » rouvrira ses portes cette année, présentant son chef d’œuvre « Argument » en version Commedia dell’arte).

Après « Soeurs » et « Actrice », Audrey Bonnet et Marina Hands joueront à la Fabrica « Patrice », une réécriture capitaliste du « Baal » de Brecht où un jeune poète milliardaire raconte sa fortune dans les milieux bobos. Aux gymnases des Lycées Saint-Joseph et Aubanel, les spectateurs pourront découvrir “Echauffement”, une composition reprenant le décor sportif de “Répétition”, où un groupe d’acteurs tentera de jouer au Frisbee en diagonale.

Tous les textes marquants de Pascal Rambert seront bien sûr représentés. « Clôture de l’amour » sera le spectacle itinérant de cette édition, proposé tous les jours dans un lieu et avec un duo différent (on annonce Francis Huster et Cristiana Réali, Christine Angot et Doc Gynéco, Béatrice Dalle et Joeystarr, Bernard-Henri Lévy et Arielle Dombasle…) « Architecture », après avoir été réduit à trois heures dans sa version salle, sera augmenté de quatre heures supplémentaires avec une distribution inchangée (Pascal Rénéric et Denis Podalydès toujours en alternance). Dès le 15 juillet, un « Architecture 2 » sera dévoilé dans la Cour d’honneur. Le scénario se renouvelle : une famille de riches scientifiques n’ayant pas vu venir le coronavirus se déchire dans l’Europe de demain. Un nouveau parterre de stars compose la distribution : Pierre Arditi, Francis Huster, Fabrice Luchini, Guillaume Gallienne, Cindy Crawford, Claire Keim, Valérie Dréville, Dominique Reymond.

Tous les jours à midi, le feuilleton théâtral (« Des « Pensées » de Pascal aux pensées de Pascal ») sera assuré par Stanislas Nordey avec des comédiens amateurs, dans le « bar à chats » de la rue des Lices. Les gourmandises de La Princière seront partenaires de l’événement (la glace « Mystère Rambert », inspirée par les parfums musesques du poète aux yeux clairs, donnera lieu à un grand jeu concours.) En hommage aux installations du metteur-en-scène-scénographe-auteur-poète, des tapis de danse blancs recouvriront la rue des Teinturiers, jusqu’au “Bar du In” où le DJ Podalydès animera toutes les soirées dansantes (en reprenant son personnage de mélomane dans “Architecture” et ses “ah ka pi pi pô pô”).

Le Festival se clôturera par une élection papale, où l’on apercevra pour la première fois (par le balcon de l’hôtel de la Mirande) le génie des lieux enfin couronné.

  • 2.8K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •