L’Ange de feu

L’Ange de feu
Par

DR

« L’Ange de feu » explore les tréfonds de l’âme humaine et de la folie à une époque où la psychanalyse naissante se heurte de plein fouet à la superstition archaïque. Or, dans cette histoire aux accents moyenâgeux, les personnages font écho à ceux de Brecht, qui écrivait : « Les âmes de mes héros étaient des personnages hauts en couleur, aux lignes pures dans un air ardent. » Le spectateur se trouve projeté sur la plaque glissante de ses illusions, auxquelles le metteur en scène australien donne corps par des représentations aussi impressionnantes qu’hypnotiques : rotation du plateau et chorégraphies des chœurs d’ampleur, dédoublement des personnages et explosion de feu. Le spectateur lui-même ne peut qu’être emporté par ce tourbillon infini de forces qui le dépassent.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par