Blank Placard Dance, replay

Blank Placard Dance, replay
Par

DR

Oublions ce qui fait de cet événement un des objets les plus agaçants du festival. Considérons plutôt ce qu’il propose à ceux qui par hasard ont croisé sa route dans les rues de Montréal. En rang par deux déambulent dans la ville des manifestants brandissant des pancartes blanches, pendant que derrière eux résonnent les rythmes d’une fanfare à la festivité morbide. Alors, le recours à la mémoire d’Anna Halprin prend son sens, tant l’événement démontre que seuls les gestes des génies dont elle fait partie sont impérissables. Pensée à l’origine en 1967, cette performance conserve en effet toute sa saveur, puisque dès l’instant où la marche débute, c’est une faille spatio-temporelle dans laquelle viennent s’engouffrer tous les possibles du monde, qui d’un coup éclate le bitume de nos pensées. De là à considérer qu’il s’agit d’une définition illustrée du sublime, il n’y a qu’un pas…

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par