Je garde le chien

Je garde le chien
Par

DR

De l’imprimé du papier peint des toilettes de sa maison d’enfance à ses histoires de bergers allemands, Claire Diterzi présente à la Manufacture une petite forme très sensible, très légère. La chanteuse fait part au public de ses orientations artistiques et de théâtraliser son travail, d’inventer cette fameuse création contemporaine de la chanson qui n’existe pas vraiment. « Je garde le chien » semble cependant être une proposition qui s’adresse à son public fidèle qui y trouve l’occasion d’accéder à quelque chose de l’intimité de l’artiste. Peut-être le spectacle est-il moins évocateur, plus anecdotique pour un public non averti.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par