Auprès de la salle de répétition du Théâtre du Soleil, sous les effluves d’automne et le calme vert de la Cartoucherie, on s’impatiente avant d’entrer dans la promise « terre dévastée ».  Deux cycles, neuf heures de spectacle et quasiment 100 scènes composent cette réécriture contemporaine de la grande épopée Arthurienne, à la recherche d’utopies, d’héroïsme et d’honneur. On peut dire que la plus belle réussite de ce spectacle est qu’elle est portée par de jeunes comédiens qui ont su apporter l’amplitude nécessaire aux grands personnages, mais aussi parce qu’ils  percé la noblesse ou l’absurdité de ceux moins récurrents, chaque apparition étant porteur d’un nouveau sens. De ce monde qui semblait relever du mythe, au fil de la chute des idéaux dont Arthur rêvait, on se rapproche littéralement – et visuellement – de cette époque qui nous étouffe. Une aventure à ne pas manquer.

  • 11
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par