Dans « Kids », une de ses premières pièces, Fabrice Melquiot donnait la parole à ces adolescents, rescapés de la guerre de Yougoslavie, pueri senes ou enfants-vieillards grandis trop vite, portant à eux seuls le poids bien lourd de l’histoire. Le parti pris du Collectif « Suivez-moi jeune homme » est d’inverser la proposition et de faire interpréter ces rôles d’adolescents par des acteurs âgés de 50 à 84 ans. L’un après l’autre, ils viennent se présenter au public : « Stipan, 15 ans, cheveux ras, t-shirt maculé, short en flanelle… ». Les corps, les visages, les vêtements ont vécu. Mais c’est avec une belle énergie que les huit comédiens vont faire exister ces orphelins de guerre au parcours chaotique. Phrases qui claquent, déflagration de l’espace et de l’énonciation, tintamarre de canettes, flingue en plastique, ballon de basket, lipstick… Les portraits sont marquants, bruts et sensibles.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par