La fumée a envahi le plateau vide et noir. Au lointain, des lumières s’allument et s’éteignent dessinant des signaux mystérieux dans la brume. Ainsi commence Higher, imaginé par Michele Rizzo. Un premier danseur apparaît, puis un deuxième, un troisième enfin. Chacun danse comme pour lui-même, paumé dans sa solitude et reçoit le tempo qu’impose la musique par des petits mouvements de tête et de bras. Quand la musique se fait plus présente, plus forte, les trois danseurs se trouvent, forment une ligne face au public et répètent inlassablement une phrase chorégraphique de plus en plus vite à mesure que le rythme s’accélère. La pièce donne à voir un trio à l’unisson dans lequel il est amusant de noter les singularités de chaque interprète. L’ensemble est électrisant et exaltant.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par