L’Après-midi d’un foehn

L’Après-midi d’un foehn
Par

DR

La vie naît d’un vide : celui du vent. Invisible, il anime des marionnettes en sac plastique, patiemment agencées par leur créatrice. Fébriles, les voilà prises dans des spirales mystérieuses créant le foehn ; les voilà qui s’agitent sous les doigts des techniciens qui gèrent comme une partition faite d’imprévus les dix-huit ventilateurs disposés en cercle. Ces créatures jouent un tendre ballet parfaitement conçu pour les musiques symbolistes de Debussy (« Prélude à l’après-midi d’un faune », « Dialogue du vent et de la mer », « Nocturne »). Fascinés, parents et enfants s’inventent chacun sa propre histoire, posent des mots, des idées, une vie sur ces êtres éphémères.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par