La Nuit liquide

Catastrophe, vers l’infini et eau-delà avec “La Nuit liquide”

Par

DR

Pour la 2e édition du festival de jeune création WET, le JTRC (Jeune Théâtre en région Centre) invite le collectif Catastrophe pour réaliser une performance de clôture. Fidèle à ses habitudes lexicales, Catastrophe a intitulé cette soirée « La Nuit liquide ». Le collectif a déjà en effet plusieurs « Nuits » à son actif, avec « Les Nuits jaillissantes » chez Madame Arthur, ou « La Nuit radiante » sur les ondes pour accompagner avec de bonnes vibes le passage en 2017.

Si le titre fait naturellement écho au nom du festival, il n’implique ni la présence d’une piscine ni une ambiance façon soirée tee-shirts mouillés. Bien plutôt, cette « Nuit liquide » est conçue comme un rituel, un « baptême » ayant pour ambition une communion dans la joie (et peut-être malgré tout dans la sueur) avec le public, dans un rapport de proximité et une scénographie immersive.

Afin de faire découvrir un « réel hallucinatoire » au public, les membres de Catastrophe puiseront dans leurs « sets de textes » ou partageront d’autres écrits durant le festival. Ils les entremêleront à leurs chansons pour faire vibrer les spectateurs, et ils s’allieront une nouvelle fois avec leurs ami(e)s d’Ascidiacea pour créer une mise en scène interactive et onirique, à l’aide d’improbables designs sonores et lumineux.

Ce collectif parisien considère la catastrophe comme une matrice de possibles et se donne pour mot d’ordre d’« infinir ». On est curieux de voir ce qu’il nous réserve pour dilater le temps afin de poursuivre la nuit et, malgré tout, de finir le festival, en beauté et avec l’audace de la jeunesse célébrée les jours précédents.

  • 14
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par