I/O n°75 [édito] : Tentative de journal dansé

Par

C’est devenu une habitude : chaque année nouvelle débute pour I/O Gazette par cette édition que nous consacrons à la danse. Non seulement parce que « tout démarre de la piste de danse », comme nous l’affirme l’équipe de la Ferme du Buisson, mais aussi parce que danser est un des moyens les plus sûrs de « concilier l’hier et l’aujourd’hui », ainsi que l’explique Isabelle Martin-Bridot, des Hivernales. Ne voyez donc pas cet acharnement éditorial comme une réminiscence de l’éternel retour du même, mais considérez-le plutôt à l’image de ce que Descartes appelait la « mémoire de l’âme », alors qu’il théorisait l’habitude comme cet élan corporel qui pourtant déborde du corps lui-même, s’installant jusque « dans le papier de l’exemplaire que nous avons lu ». Ainsi considérée, notre démarche rejoindra exactement la croyance que le directeur des Faits d’Hiver a en la danse quand il dit d’elle qu’elle n’est autre chose qu’une tentative « en acte de relier, de mettre en regard, d’habiter l’entre des corps ». En effet, à en croire le philosophe des âmes et du corps, cette habitude que nous avons de vous retrouver chaque année dans ces mêmes pages pour parler de ce même médium pourrait être cela : la construction d’une mémoire qui nous relie au monde et nous place hors de nous. Un peu comme le geste chorégraphique. Un journal dansé, en somme.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par