L’usage du monde

Par

Comme quand lorsqu’on voyage, on attend que l’inédit survienne et bouleverse notre ordre établi ; nous défendons l’idée que plonger dans l’univers d’un festival devrait nous entraîner hors de notre zone de confort. Parce que l’art a comme mission première non pas de divertir les foules comme semblent le penser certains, mais bien de déplacer le regard et de créer des temps parallèles où l’esprit se nourrit. Double enjeux donc puisqu’il faut à la fois une programmation aventureuse et un public prêt à être embarqué. Et c’est à Marseille, au cœur de l’hiver et de la ville, que se déploie pour la 8e année une traversée artistique ambitieuse, qui ne se cache pas derrière des propositions confortables mais vient hameçonner la faculté critique de chacun. Fiers d’avoir fait parti du périple, ce numéro spécial interroge les formes que l’on y a vu et partage ses pages avec ceux qu’on a accompagnés dans cette réflexion sur le regard. Nous avons ainsi cheminé avec petits et grands à la recherche du sens, (ré)appris à être surpris, à garder des yeux neufs, à confronter des ressentis, à partager la sensation que l’on a rapporté de ce voyage bien autre chose que ce que l’on était venu chercher.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par