Danser à la Lughnasa

Danser à la Lughnasa
Par

Une semaine après le début des représentations, l’auteur de « Danser à la Lughnasa », Brian Friel, décédait… Triste ironie du sort : la version de Didier Long, pour son premier spectacle avec le costume de directeur du théâtre de l’Atelier sur les épaules, est un échec, à mourir d’ennui. Des cinq sœurs Mundy et de l’Irlande à la veille de la Seconde Guerre mondiale, des enjeux psycho-sociologiques, de l’ampleur des sagas, du souvenir et de la critique du carcan des traditions, il ne reste pas grand-chose. Juste de la nostalgie, beaucoup, et de la poussière, dans un théâtre si conventionnellement plat qu’il semble tout droit sorti de l’époque de son récit. Pourtant les comédiennes s’efforcent d’essayer d’y mettre de la vie… Bâillements.

D'autres articles par