Benjamin, Wagner, Brahms

Benjamin, Wagner, Brahms

Par

Magie à la Philharmonie. Pour sa première saison à la tête de l’Orchestre de Paris, Daniel Harding a présenté jeudi 29 septembre un programme éclectique. L’ouverture de « Parsifal », de Wagner, interprétée avec une telle perfection qu’on en oublie sa pesanteur ; puis l’incroyable « Dream of the Song », nouvelle œuvre de George Benjamin inspirée de poèmes hébreux et de García Lorca, et qu’a chantée le contre-ténor Bejun Mehta avec une précision et un engagement qui ont suscité l’ovation des auditeurs. Après ce triomphe, Daniel Harding a récidivé avec la « Symphonie no 1 » de Brahms, dirigée et jouée avec ce qui caractérise cet immense chef : une exigence et une poésie qui touchent au sublime.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par