DR

Cédric Andrieux nous propose un making-off de son art. Extrait par sa propre volonté de la grisaille française, il s’engouffre à New-York dans le mirage du nouveau monde, l’interstice forcé pour rejoindre Merce Cunningham, abandon à sa férule. Un amoureux lui permettra de surmonter les élans mortifères d’un tel désir : douleur, ennui des répétitions sans fin, destruction de personnalité imposée par la soumission à l’exigence du Maître. Ce regard doux-amer sur ces années de façonnage décrit un parcours similaire à celui de tous les humains désireux du dépassement de soi. No miracle fors le travail, l’abandon de soi et la souffrance. Intéressant mais somme toute banal. Mais peut-être est-ce cette banalité loin des paillettes et des spotlights du succès qui fera que l’on peut voir ce moment sans déplaisir ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par