Ismène

Ismène

Par

Premier spectacle d’une trilogie avec « Phèdre le feu » et « Ajax l’air », « Ismène l’eau » est une incontestable réussite scénique : Ismène, sœur d’Antigone, masquée comme pour illustrer son oubli par l’histoire, totalement nue dans un plan d’eau qui prend vie par un procédé chimique le transformant en un personnage à part entière ; un clair-obscur inquiétant ; la musique radicale du compositeur grec Georges Aperghis. Mais un propos difficile à percevoir tant le mélange voix, chants, musique et cris forme un ensemble trop répétitif, finalement inaudible. La performance de Marianne Pousseur, en Ismène d’une vérité violente et sensible, est cependant époustouflante. Une expérience sensorielle à vivre.

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par