Le NoShow

Le NoShow
Par

DR

« Avoir son content » ou « en avoir pour son argent », que ce soit au Québec ou en France, ce principe de la société marchande reste le même : recevoir en proportion de ce que l’on a payé. Le collectif québécois Nous sommes ici propose avec « Le NoShow » d’en faire l’expérience directe : le spectacle sera ajusté chaque soir à la recette de billetterie. Cette idée est née du constat qu’il est impossible outre-Atlantique de joindre les deux bouts quand on est comédien, y compris à succès. Alors certes, le Québec n’est pas la France. Mais qui a conscience du coût réel d’une place de théâtre ? Pourquoi dissocie-t-on valeur financière et valeur symbolique de l’art ? Et d’ailleurs, que faisons-nous là ? Les pieds dans le plat de l’argent et du divertissement, après explosion du quatrième mur et usage immodéré des technologies, cette bande de fous heureux lance un cri du cœur qui fait du bien.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par