Rêve et folie

Rêve et folie

Par

Créé au Festival d’Automne en tout début de saison, « Rêve et folie » de Claude Régy passe au Kunsten. Le spectacle, annoncé comme le dernier du maître de l’abstraction et de l’indicible scéniques, s’offre comme l’accomplissement d’une quête artistique aussi constante que radicale pour définitivement extraire le théâtre de l’illustratif et de l’explicatif. Seul en scène, entouré d’une monumentale architecture opaque qui s’apparente à un tunnel, l’acteur Yann Boudaud – un fidèle de Régy – prend l’allure d’un géant s’extirpant de l’outre-noir. Il sculpte dans l’essence du geste, du mot et du silence, s’enivre du poème ardu de Georg Trakl et invite à une lente et puissante plongée dans les ténèbres d’une conscience affectée, en perte de contrôle ; celle d’un homme face au chaos qui magnétise. Une nuit magique.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par