NEONS Never Ever, Oh ! Noisy Shadows et Vacuum

Dans le cadre de ses « Dispositifs », Philippe Saire présente en double programme « NEONS Never Ever, Oh ! Noisy Shadows » et « Vacuum » au Centre Culturel Suisse. Les deux duos explorent deux versants de la corporalité masculine. Le premier est une histoire d’amour tragique, un amour à mort où le romantisme noir côtoie la voix de Maria Callas. Sur fond de bribes poétiques défilant sur des panneaux lumineux, les corps se cherchent, se cognent, se trouvent et se séparent. Les néons, seul éclairage de la scène, réunissent les interprètes aussi bien qu’ils les opposent dans un vertige sentimental à la fin bien amère. Cette fin, cette impossibilité d’être ensemble, ouvre merveilleusement la voix à « Vacuum », là où les corps ne sont plus aimants mais morcelés. La chair est triste et les corps nus, loin d’être érotisés, défilent par bribes désincarnées. Il nous parait être un choix fort que bien que nus, aucun sexe ne soit visible. « Vacuum » et « NEONS » forment un constat sur la société actuelle, cette ultra moderne solitude où les gens ne sont plus des êtres humains mais des produits de consommation comme les autres. Compartimentés, morcelés, recroquevillés, les corps ne peuvent plus se rencontrer.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par