La Théorie de l'enchantement

La Théorie de l’enchantement

Par

© Marie-Clémence David

A l’heure où le festival OFF d’Avignon annonce plus de 1 600 spectacles et où l’hyper-marchandisation du spectacle vivant suce l’énergie des compagnies plus rapidement que le soleil du sud, le projet méta-théâtral de Pascal Reverte tombe à pic. Sous la forme d’une vraie-fausse conférence, en vérité un dialogue en boucle, les deux comédiens posent avec justesse les enjeux du commerce, au sens le plus étymologique, s’appuyant sur le fil rouge offert par l’évocation de « La Solitude des champs de coton » de Koltès. Si l’ensemble reste beaucoup trop sage, il est toutefois servi par une scénographie ingénieuse et un sens du rythme minutieux. Il propose quelques séquences drolatiques sur l’envers du décor de la production théâtrale dans nos sociétés capitalistes.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par