L’Attrape Dieux

L'Attrape Dieux
Par

DR

S’amusant avec brio du métathéâtre (indice : le spectacle s’ouvre et se termine de la même manière), Laurent Robert et Thibault Pasquier inventent une fable maligne et bordélique autour d’on ne sait trop quoi, dans laquelle quelques réflexions sur les croyances et l’engagement « poélitique » s’entremêlent au cœur d’une dialectique trèsstand-up, version existentielle. Usant d’un prétexte bizarrement dénué d’intérêt – une lumière qui ne veut pas s’éteindre –, les deux acteurs-metteurs en scène explorent hardiment ce qu’elle recouvre possiblement d’équivoque, d’urgent voire de subversif. C’est à force de l’instrumentaliser qu’ils en découvrent l’effarante phénoménologie, remontant par-delà son sens spatio-temporel pour la transcender en espace purement ludique. Le tour de force est certes inégal ; n’est-ce pas fondamental pour qui veut s’aventurer dangereusement par-delà la manie des thèmes bien policés ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par