(c) Maurizio Pokemon

Dans le parking du CND à Pantin, transformé pour l’occasion en espace chorégraphique déambulatoire, nous voici transportés au sein d’un univers urbain fait de sons disséminés et de mouvements inattendus. Les membres de l’ « Original Bomber Crew », collectif de danseurs hip-hop venus tout droit de Teresina, Brésil, dans le cadre du Festival Panorama Pantin, surgissent de l’obscurité, nous frôlent, fondent la foule, sans pourtant aller jusqu’à la menace réelle. S’amusant à reproduire de manière sensorielle les dangers de l’espace public au Brésil, les danseurs font dès lors du parking une jungle urbaine au sens propre : les sons des marteaux-piqueurs deviennent autant d’animaux sauvages, les interprètes tour à tour meute et individus solitaires. On soulignera la qualité de la création musicale de Cesar Costa et Javé Montucho, faite de riffs électriques et de sons de rues détournés, qui crée une atmosphère toute particulière. Oscillant donc entre une peur planante et un rassemblement de corps qui se soutiennent et s’épaulent, « tReta » créé un espace de résistance politique par la danse, qui vient sublimer les rixes, les corps à corps et la misère sociale. Ainsi, à rebours d’un hip-hop viriliste, les danseurs de ce « Bomber Crew » osent montrer la poésie et la sensualité des corps masculins subsistant dans un environnement de violence. Plus doux qu’NTM, ça c’est de la bombe, bébé.

  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par