Si loin si proche

Attachante traversée

Par

DR

C’est l’histoire d’un retour qui n’en est pas un : pour les frères et sœurs du conteur Abdelwaheb Sefsaf, nés en France dans les années 1970, l’odyssée familiale en Algérie, alors encouragée par le gouvernement français, est une plongée en terre aussi familière qu’inconnue, mêlant les sentiments contradictoires de l’attente et du déracinement. Loin du tragique, c’est l’humour que choisit Sefsaf pour raconter et chanter cette épopée dont la tonalité dominante est la tendresse, celle de l’enfant devenu adulte, pour son passé, pour ses parents, leur intégrité, et leur sens (inconscient) de l’aventure. Accompagné par le duo de musiciens Aligator, « Si loin si proche » est un récit-concert dont la forme hybride, ajoutée au mélange des langues française et kabyle, exprime la complexité du rapport du narrateur à sa double origine. Si le lyrisme des chansons en français ne convainc pas toujours, à l’inverse, c’est dans l’acuité pleine d’ironie de ses anecdotes que Sefsaf est le plus inspiré, nous catapultant dans la voiture bourrée à craquer d’enfants et de cadeaux, dans l’amour et l’intransigeance de sa mère, dans la passion pour la politique de son père, dans les subtilités sémiologiques du peigne à cheveux chez « l’Algérien indépendant ».

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par