Le grand saut

Par

« Comment vivre sans inconnu devant soi ? » Cette interrogation ne devrait pas nous lâcher. Ouvrir les premiers yeux chaque matin en louant la fortune de nous laisser explorer ce que le jour nouveau a d’excitant est en soi un projet de vie qui a de la gueule. Nous rejoignons donc résolument les pas et les mots de René Char puisqu’ils ont été choisis par Jacques Vincey pour présenter cette 3e édition du festival WET°. Accueillir le risque, lui laisser une chance, lui laisser la place et le temps de se transformer en expérience ou, parfois, en révélation est tout l’enjeu de ce temps fort consacré à ce(ux) qui n’existe pas encore. Il faut avoir un certain courage et une dose de curiosité des deux côtés du plateau pour se confronter à ce vide qui va prendre une teinte nouvelle, un son incongru ou une apparence déroutante. C’est un pari commun entre ces artistes qui vont tenter le grand saut et ce public prêt à être déplacé dans des réalités parallèles. C’est l’invention du nouveau monde qui nous attend à Tours, sans caravelle ni carabine mais avec l’envie de célébrer ensemble le défrichement prochain de cet inconnu qui se déflore sous nos yeux.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par