“Entrer en contact avec la vérité culturelle de l’autre”

Par Dimitris Nakos

Les arts sont aujourd’hui considérés comme n’étant pas nécessaires à la survie des hommes, et se trouvent relégués à la marge de nos vies. Le cinéma, le théâtre, les arts visuels et, plus généralement, ce qu’on appelle la « culture noble », ne font pas partie de notre vie quotidienne. Mais cette « culture noble » trouve sa source dans ce que l’on nomme la Culture, laquelle constitue nos sociétés, et n’est construite que par les peuples qui font ces dernières.

Les échanges et contacts entre différentes cultures, ou bien ce que nous appelons autrement les « politiques culturelles », sont en mesure d’unir les peuples d’Europe. C’est un moyen d’amener chacun à entrer en contact avec la vérité culturelle de l’autre, et c’est exactement de cette façon que certaines valeurs comme la solidarité et la fraternité peuvent acquérir une substance. Peut-être le cinéma est-il une forme d’art par excellence, qui peut facilement amener à faire se rencontrer différentes cultures, permettre à chacun de découvrir l’autre et à tous, ce faisant, de se redécouvrir, puisque « l’étranger nous amène à confirmer nos certitudes », comme le disait Zigmunt Bauman. Les cultures étrangères peuvent nous orienter en ce qu’à travers les images qu’elles nous montrent, elles nous permettent d’apercevoir notre chemin propre. Comme l’explique Norbert Elias, « la culture n’est pas un concept établi, mais une notion toujours en mouvement », ce qui implique que les mutations culturelles autant que les rencontres devraient être considérées en quelque sorte comme relevant d’une logique inévitable.

Aujourd’hui plus que jamais, pays et cultures sont en contact quotidien, et le dialogue interculturel est toujours fécond. Il faut cependant être vigilant à ce que ces rencontres ne mènent à l’aliénation d’une culture par une autre. Je ne suis pas certain qu’il faille envisager l’unité culturelle de l’Europe comme un objectif réel à atteindre, ou bien plutôt comme un objectif que chacun devrait vouloir atteindre. Ce faisant, ce que nous appelons « Civilisation » pourrait évoluer vers quelque chose de plus grand, ou bien vers ce dont Wittgenstein parlait alors qu’il disait que, « de cette civilisation que nous avons, naîtra peut-être un jour une civilisation nouvelle ».

(traduit de l’anglais)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •