Kakushin Nishihara

Kakushin Nishihara

Par

Éblouissement à la MCJP. La complexité du Japon ne pouvait trouver meilleure représentante que Kakushin Nishihara, néopunk échappée d’un manga, qui joue du biwa (luth à manche court traditionnel, dont on gratte les cordes à l’aide d’un médiator géant). Cette musicienne et chanteuse hors norme, qui joue sur un instrument vieux de cent quarante ans, chante l’histoire millénaire du Japon avec un vibrato éblouissant puis se dégage de cette tradition en reliant son instrument, joué alors à plat, à une table de mixage, pour faire entendre une sorte de grincement chaotique, comme la parole libérée de la révolte. Impressionnant.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par