La Musica deuxième

La Musica deuxième

Par

Un homme, une femme. Ils se sont aimés comme on dévore, furieusement. Quatre ans après ils se retrouvent, épuisés, sous la plume de Marguerite Duras et les yeux de Philippe Baronnet. Dans un décor fatigué, les corps exsangues de Nine de Montal et Vincent Garanger se tournent autour sans jamais réussir à s’attraper. Par bribes, leur histoire se reconstitue. Les deux acteurs, tout en fragilité retenue, émeuvent. Le relief des mots de Duras est révélé, elle à qui on reproche encore trop souvent, injustement, une écriture trop plate. Ici, la musique résonne avec une étonnante simplicité. « La Musica deuxième » est une partition de l’infime et de l’intimité, composée de subtiles variations, dont les deux interprètes sont les instruments.

  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  

D'autres articles par