Naufragé(s)

© Diego Bresani

Gabriel F., couteau suisse théâtral, cumule peur panique de la solitude et incapacité à faire confiance à l’autre. Quand il s’adjoint les services de Gaspard pour raconter son amour de vacances, le monologue déraille.

Gabriel F. s’est intéressé aux histoires que l’on (se) raconte, à la façon dont chacun de nous réécrit un peu sa vie, volontairement ou pas, pour la rapprocher au plus près de sa vie rêvée. Transformer une histoire d’une nuit en aventure théâtrale, telle est sa mission.

Dans cette ode à un passé réécrit, Gaspard agit comme le caillou dans la chaussure qui vous rappelle au présent. Tel un fantôme Dickensien, l’homme ramassé dans la rue est ici pour ramener Gabriel F. à la vie.

« Naufragé(s) » est un faux monologue fragile comme un souvenir, volontairement kitsch et parfois touchant. Brouillant la frontière entre fiction et réalité, Gabriel F. invite chacun·e à jeter un dernier regard attendri sur son passé avant de regarder droit devant, vers l’avenir.

  • 13
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    13
    Shares

D'autres articles par